A Charlie…

Je suis Charlie…
Je suis Charlie…
Depuis hier, ce prénom sonne tel un mantra, sur les ondes
en France, en Europe et dans le Monde
Je suis Charlie,
Charlie l’Hebdo, contre la dictature inexorable qu’offre de l’Islam son intégrisme,
Je suis Charlie,
Je suis Charlie,

Je suis Charlie l’Hebdo, mais je suis Charlie de France, dressé contre la dictature rampante qu’a offerte à la nation son pétainisme
Je suis Charlie,
Je suis Charlie l’Hebdo, mais je suis Charlie Chaplin, dressé contre la dictature qu’a offerte à l’humanité l’horreur de son nazisme
Je suis Charlie

Mais je suis aussi Charlie,
« Charlie le Grand », qui avec son Alcuin, inventa l’école contre l’illettrisme
Mais je suis aussi Charlie,
« Charlie » d’Orléans, qui, aux luttes militaires préféra les luttes littéraires,
Mais je suis aussi Charlie,
« Charlie » Perrault, qui, à compte de fées, ouvrait l’enfant à son idéalisme
Je suis Charlie

Je suis surtout Charlie,
« Charlie » Baudelaire, pour dénoncer dans les croyances les fleurs du mal,
« Charlie » Dickens, pour dénoncer sur les enfances le mal social,
« Charlie » Marx pour dénoncer dans les souffrances l’abus du capital
Je suis Charlie

Mais je ne serai jamais Charlie, qui, nous mettant « Martel » en tête nous pousse à bouter hors de France tous les moreaux de la terre,
Je ne serai jamais Charlie, qui, à coup de Darwin, sélectionne par la loi du plus fort tous les involontaires,
Je ne serai jamais tous ces « Charlie », charlots qui se gaussent, soumettent l’homme à leurs calculs en le mettant à terre,

Pourquoi ne pas être chacun ce Charlie-là, ce char qui lie là, aérien mais accessible, présent, là, en chacun, celui qui, contre vents et marées, ouvre une route définitive entre ces deux continents qui naviguent sans concert de part et d’autre d’eaux si perfidement et machiavéliquement troublées, assurément non pacifiques ?
L’homme se complait dans ses souffrances, il lui suffirait de décider d’être heureux.
Combien encore de Charlie sacrifier pour le comprendre ?

Nombreux sont ceux qui, à coups d’abdos, d’opérations musclées, tentent de nous imposer leur « bonheur », ce « bon » air à leur service qu’ils veulent faire souffler sur la Terre,
Charlie, par tes dessins gravés, à coups d’hebdos, d’opérations à muscler nos sourires, nos rires – rires jaunes ou fous rires, qu’importe – tu dénonces la folie, cette même folie qui aujourd’hui, tente de te faire taire,
en te jetant à terre,
en te mettant en terre.

« Six pieds sous terre, Jojo, tu chantes encore, Six pieds sous terre, tu n’es pas mort » chantait ce fou de Jacques, qui aujourd’hui dirait : « Six pieds sous terre, Charlie, tu n’es pas mort, Six pieds sous terre, l’Hebdo, tu dessines encore »…

Et il dirait,
De sa voix qui porte au cœur,
Avec tous,
Je suis Charlie

Lyon le 8 janvier 2015


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *