S’AmusER est une décision.

Comment avoir l’humeur favorable à la recherche ? AmuSER s’est ouvert avec l’heureuse compagnie de Montaigne : Je ne fay rien sans gayeté : et la continuation et contention trop ferme esblouït mon jugement, l’attriste, et le lasse ».
Le jugement, l’intelligence, l’action de l’esprit ne se passent pas de la tranquille joie d’apprendre, de lire et de parcourir les espaces libres de la pensée, allant sans inquiétude, décidée à considérer les idées non comme des armes de domination, mais comme des créations dont la puissance ne peut se fonder que sur la reconnaissance primordiale de leur fragilité, sur le droit de mettre en question, de débattre et d’argumenter ; ainsi sur les échanges et non sur le mépris, sur la reconnaissance de l’altérité et non sur la crainte des pouvoirs, sur les mouvements heureux de la curiosité, de la capacité à envisager que tout n’est pas écrit ni connu. Ainsi la recherche, action de la pensée, est-elle décidément et chaque jour, opposée aux injonctions, aux mots-d’ordre et aux intimidations. Elle a besoin de cette joie simple qui consiste à vivre librement, à ne pas coller aux humeurs tristes et à la douleur, à rester résolument dans cette disposition à l’honneste amusement, qui consiste à ne pas tout savoir et ainsi à comprendre simplement quelque chose.
Lors de la présentation du livre Marcel Landowski, une politique fondatrice de l’enseignement musical, 1966-1974, le 7 novembre dernier au Cefedem-Rhône-Alpes, j’avais dit ceci : « nous travaillons avec les artistes musiciens, à construire une recherche où les résonances esthétiques, sociales, culturelles, sont investies dans ce que Bachelard appelle l’imagination en mouvement, des recherches qui sont en rapport avec la vie qu’on a, avec la vie qu’on vit, la vie qu’on invente et qu’on entend, celle qui nous intéresse, la vie créative (…) Le point commun entre la recherche et la création, c’est la recherche et la création, autrement dit l’imaginaire en mouvement, ou l’intuition créatrice. »
Comment faire vivre la recherche sinon par l’expression libre de la création et la volonté à ne pas se laisser enfermer dans la peur, cette prison de l’esprit ? Décidément, contre toutes les terreurs, s’AmusER est une décision.

Noémi Lefebvre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *