Un projet musical en milieu scolaire au cœur des problématiques culturelles.

Dans le cadre du projet « Pratiques Artistiques et Territoire » du Cefedem  et en lien avec mes études au Cfmi de Lyon, j’ai mené un projet musical dans le quartier de la plaine à Oyonnax, dont on peut retracer les étapes.

Appréhender le territoire d’un projet musical

Pour obtenir des renseignements sur le quartier de la Plaine à Oyonnax, afin de comprendre les enjeux sociaux du territoire sur lequel j’allais intervenir toute l’année en milieu scolaire en tant que musicien (séances à l’école maternelle Paul Rivet ainsi que dans les écoles élémentaires Pasteur Nord et Pasteur Sud), dans l’objectif de proposer une action pertinente et de créer du lien entre musiciens amateurs, je me suis d’abord appuyé sur les récits de deux personnes dont les fonctions impliquent une connaissance de la réalité culturelle d’Oyonnax. L’histoire culturelle et sociale du quartier de la plaine d’Oyonnax, telle que me l’ont relatée Florence Collet, chargée à la Culture de la ville, et Tereza Lefellic, responsable des archives municipales, se caractérise par une forte immigration liée au développement industriel.
Oyonnax est en effet une ville industrielle spécialisé dans la plasturgie 
Dans les années cinquante, le passage du travail industriel à la journée des 3/8 a entraîné une forte demande de main d’œuvre pour un travail à la chaîne ne nécessitant aucune qualification.
Les grosses entreprises envoyaient des bus pour recruter des ouvriers spécialisés dans divers pays d’Europe, principalement au Portugal, en Yougoslavie, et en Espagne.
Arrivée à Oyonnax, cette main d’œuvre a été mal logée, notamment par les « marchands de sommeil »

A cette époque, aucun plan de logement n’était prévu et il fallait entre sept et huit ans pour avoir un appartement.
Léon Emin, maire de la commune de 1959 à 1977, a fait entreprendre, entre 1959 et 1965, l’assèchement des marécages de la zone de La plaine et la construction de ce qu’on appellera les « clapiers ».
Puis dans les années soixante, il y eu de nombreux regroupements familiaux, d’où la nécessité de construire de nouvelles écoles, dont l’école Pasteur et l’école de la Forge.
Il y a énormément de mixité culturelle dans le quartier de la Plaine (Yougoslave, Marocains, Portuguais, Espagnol…). Des Italiens sont à Oyonnax depuis l’entre deux guerre et se sont intégrés à d’autres quartiers. L’immigration des Turcs s’est faite dans les années soixante-dix et ce qu‘on peut appeler un ghetto a été construit à la périphérie d’Oyonnax.

Les associations socio-sportives des diverses communautés ont permis aux travailleurs et à leurs familles de retrouver un peu « l’air du pays », mais aussi les sons du pays : la langue et la musique.

De nombreux groupes de musique traditionnelle, parfois à consonnance folklorique, se sont créés. Pour certaines communautés, cette pratique musicale concerne l’ensemble de ses membres , et participe, autant que la langue maternelle, à la conscience d’appartenance ; ainsi dans communauté Portuguaise, le passage au sein d’un de ces groupes est presque obligatoire jusqu’à 18 ans, et pour la connaissance de la langue maternelle, la communauté a recruté un professeur de portugais.

Souvent les familles portugaises préfèrent que leurs enfants apprennent dans leur pays d’origine à lire et écrire, si bien qu’ils n’intègrent que vers dix-douze ans une scolarité en France. L’attachement à la culture d’origine est généralement l’un des signes qui montre que beaucoup de familles ont le désir de revenir au pays, et doivent y renoncer pour des raisons principalement économiques.

Les institutions culturelles concernées par le projet

Le centre culturel Aragon, où se trouve la plus grande salle de concert d’Oyonnax, et qui abrite le conservatoire, a 30 ans cette année. Sa construction fut amorcée dans les années 80, alors que la mairie était communiste, avec des idées d’ouvertures sur d’autres musiques, les musiques de l’immigration mais la construction fut achevée sous une mairie de droite et le conservatoire ainsi que la programmation du centre culturel davantage axée sur la musique savante occidentale. De ce fait, l’activité culturelle des habitants de la Plaine s’est concentrée dans les diverses associations communautaires.
Les classes CHAM (classes à horaires aménagés) ont permis d’ouvrir un peu le conservatoire et le centre culturel aux enfants des communautés étrangères, tout en permettant un brassage des enfants entre eux et de désenclaver les associations musicales de leur inscription communautaire.
Dans un va-et-vient entre associations et institutions, m’a fait remarquer Florence Collet, les associations interviennent de plus en plus au centre culturel, notamment à l’occasion de la « semaine du cinéma Turc» ou la « semaine italienne » par exemple.

Creative Commons - localisation Bibliothèque municipale de Lyon / P0546 S 2353

Creative Commons – localisation Bibliothèque municipale de Lyon / P0546 S 2353.

Florence Collet m’a fait remarquer l’importance du travail mené par les musiciens intervenants en milieu scolaire à Oyonnax, et ceux depuis plusieurs générations. En effet, depuis les années 30, la mairie d’Oyonnax s’engage à permettre aux élèves de primaires (jusqu’au certificat d’études) de bénéficier d’une éducation musicale et sportive. Dans le passé, les intervenants pouvaient être issus de l’harmonie municipale ou de la Lyre industrielle.

Les manifestations gratuites organisées par la municipalité (fête de la musique, etc.) font appel aux diverses associations et centre sociaux très dynamiques de la ville.

L’école, vecteur d’échange et de dialogue interculturel

Après de nombreuses discussions et réunions avec les directeurs des écoles dans lesquelles j’intervenais, les équipes enseignantes et les musiciens intervenants de la ville, il m’a semblé intéressant de travailler sur deux axes, deux projets :
– Permettre le dialogue interculturel et ouvrir l’école aux familles en amenant des parents d’élèves de classes maternelles ou élémentaires à venir participer à des séances musicales (découverte d’instruments ou de chant « d’ailleurs »)
– Permettre les échanges entre entre amateurs et professionnels et institutions, dans le cadre d’un concert au centre culturel Aragon.

Au centre culturel, dans les années quatre-vingt, le public était principalement composé d’enseignants et de leurs classes, mais maintenant, de plus en plus de parents d’élèves y viennent également. Le fait de faire découvrir les institutions culturelles aux enfants dans le cadre de leur scolarité est un objectif que partagent les écoles de la Plaine.

La rencontre avec les cultures passe beaucoup par la curiosité des enseignants et par leur volonté de susciter un dialogue familles-enseignants. Tereza Lefellic m’a parlé d’action qu’elle menait en ce sens. Pour elle, le plus difficile est d’amener les parents à s’intéresser à ce qui se passe à l’école, ce qui peut se faire principalement en passant par les enfants. Je lui ai fait part de mes recherches du côté du Cmtra et de l’échec de mes prises de contact téléphonique avec des musiciens issus de l’immigration à Oyonnax, et elle m’a expliqué qu’il serait plus judicieux de s’adresser d’abord aux enfants, à l’école. En effet, lorsque ces derniers commence à s’investir dans un projet, notamment parce que celui ci entre en résonance avec leur culture familiale, les enfants peuvent montrer de manière enthousiaste à leur parents que l’école, via les enseignants s’intéressent aux cultures, à toutes les cultures et ainsi ouvrir la voie au dialogue, à la collaboration, à la rencontre.
Mon idée de départ était d’associer des parents à mes séances musicales en école maternelle dans le cadre d’un projet de conte musical : « le petit chaperon rouge », Tereza Lefellic m’a demandé pourquoi je n’avais pas fait le choix d’un conte en rapport avec la culture d’origine des enfants (Portuguais, Turques…).
Il est important, pour Tereza Lefellic, de faire, en tant qu’enseignant, le premier pas vers la culture de l’autre et de savoir amorcer la curiosité des enfants et des familles via les enfants. Elle m’a parlé d’un projet « cuisine du monde » qu’elle avait mené à l’école ainsi qu’un projet d’exposition d’objets au musée dans le cadre duquel elle a collecté, auprès des enfants, des objets appartenant à leurs parents (et à leurs pays d’origine).

Cette démarche, consistant à faire le premier pas vers l’autre et trouver des manières de l’inviter, m’a paru passionnante, mais pour de multiples raisons, le premier projet n’a pas pu se réaliser :
– L’équipe de la maternelle Paul Rivet avait déjà fait un projet au sein duquel les parents avaient été invités à l’école et l’équipe n’a pas désiré réitérer un tel projet cette année.
– Le programme et l’emploi du temps extrêmement denses des enseignantes en maternelle, et mon arrivée à Oyonnax en octobre 2013, alors que les projets de classe étaient écrit depuis juin, ainsi qu’une certaine forme de routine dans le travail de ces enseignantes, ont été des freins pour la réalisation de ce projet.
– Enfin, mes diverses tentatives de collecte d’instruments traditionnels ou de témoignages auprès des enfants des écoles maternelles et élémentaires ont été décevantes ; si la musique et le jeu des instruments traditionnels ont pu souder et permettre à certaines communautés de continuer à faire vivre ce qu’elles avaient connu ou ce que leurs parents avaient connu dans leur pays d’origine, il semble que cette pratique ait fortement décliné à partir de la génération des parents actuels. En effet, lors d’un sondage que j’ai effectué auprès de chacune des classes auprès desquelles j’intervenait, les enfants, à la question : « Quels instruments sont joués dans votre famille ? », m’ont essentiellement répondus: la guitare, l’harmonica et le piano.
Il est possible que pour ces communautés immigrées le lien avec la culture de leur pays d’origine se soit tout simplement distendu au fil des générations. De plus, la désaffection pour les répertoires et les instruments traditionnels au profit de ceux véhiculés par les mass-médias est un phénomène assez général, qui ne touche pas seulement les populations immigrés.

Le projet autour du répertoire d’Allain Leprest

Le deuxième projet, quant à lui, a bien répondu aux objectifs que nous nous étions donné, notamment grâce au soutien de l’enseignante de la classe de CE2/CM1 avec laquelle j’ai travaillé cette année. En effet, dans le travail de musicien intervenant, la collaboration avec les enseignants est un élément primordial. Cette collaboration permet de faire des projets musicaux qui vont avoir du sens par rapport au projet de la classe, vont créer des passerelles avec d’autres matières, vont pouvoir être investis à la fois par l’enseignant, par le musicien intervenant et par les enfants.

Nous avons pu collaborer et nous relayer pour les divers temps de réunions avec les directeurs d’écoles élémentaires, l’équipe des musiciens intervenant d’Oyonnax et le centre culturel Aragon, ainsi que pour les divers temps de répétitions à l’école et au centre culturel Aragon avec les artistes de la compagnie Entre deux caisses.

L’objectif, de « permettre les échanges entre institutions et la rencontre entre amateurs et professionnels », a été atteint :
– La quasi-totalité des élèves de la classe de CE2/CM1 est allée, pour la première fois cette année, au centre culturel Aragon pour découvrir les locaux, rencontrer les musiciens de la compagnie entre deux caisses et assister à un concert de cette compagnie en début d’année.
– Durant ce concert les enfants ont été particulièrement émus et intéressés par le Hammered Dulcimer, un des instruments joués lors du concert, et j’en ai profité pour leur faire découvrir au cours des séances toutes sortes de musiques du passé ou du présent, et du monde entier, utilisant cet instrument de la famille des cithares sur table : Santur  en Inde, Qanun dans le Moyen Orient, Psaltérion au Moyen Age etc.
Ce type d’instrument me semble particulièrement intéressant à utiliser car il permet aux enfants de cerner, aux delà des différences d’esthétiques et de cultures musicale que des hommes éloignés dans le temps et dans l’espace se retrouvent, se rejoignent dans l’intérêt qu’ils ont pour un son, un timbre, un geste musical etc.
La découverte d’un instrument dont l’aire culturelle n’est pas limitée à telle ou telle époque ni inscrite dans une seule tradition musicale, et dont l’usage est indépendant des frontières nationales, ensembles linguistiques ou géopolitiques, permet de dépasser d’emblée l’approche de la musique comme expression d’ensembles culturels exclusifs et identitaires, sans construire de grands discours , simplement par l’évidence des emplois multiples d’un même instrument.

– Nous avons travaillé au cours de l’année trois chansons du répertoire d’Allain Leprest reprises par cette compagnie, découvert à travers de multiples écoutes les instruments qui ont accompagné les enfants lors des deux concerts de fin d’année et avons appris à investir l’espace de la grande scène du centre culturel.
Au début du projet, je n’ai pas réalisé que ces chansons, qui parlent souvent de la condition des enfants, de l’injustice sociale, comme c’est le cas pour la chanson « C’est peut être », pouvaient faire écho chez les enfants du quartier de la Plaine. En classe, je n’ai jamais fait le parallèle entre les enfants des chansons et les enfants que j’avais en classe, peut être par pudeur, mais aussi parce que je me suis d’avantage intéressé à l’aspect émotionnel des situations présentes dans les chansons, laissant aux enfants la possibilité de faire les rapprochements qui seront les leurs. La chanson, à travers ces fictions, est aussi, d’après moi, une façon de prendre du recul, de mettre à distance des émotions et de les représenter sans toutefois y être nécessairement impliqué.

Opérer des choix musicaux

Nous avons été confrontés à de nombreux choix concernant l’adaptation des chansons d’Allain Leprest pour le chœur d’enfants. En effet, comme pour de nombreux chanteurs de chansons françaises, les interprétations d’Allain Leprest sont très libres d’une fois à l’autre, au cours d’un même morceau et les variations de rythmes, de mélodies, de scansions sont la règle.
Nous avons donc bien souvent opéré des choix et des simplifications afin que ces chansons soient plus facilement mémorisables et qu’elles puissent être chantées par 75 enfants sur certains titres.
En ce qui concerne l’accompagnement joué par les musiciens de la compagnie, les six musiciens de la ville d’Oyonnax et moi-même, des arrangements originaux ont été créés afin de varier les couleurs de chaque morceau (variété des instruments employés) mais aussi afin de pouvoir soutenir rythmiquement et harmoniquement les enfants.
Enfin, après une semaine de répétitions avec d’autres classes d’autres écoles, d’autres musiciens intervenants et les musiciens de la compagnie, nous avons donné un concert scolaire et un concert tout public.

En guise de boussole

Il est très important de bien pouvoir cerner l’histoire et les enjeux d’une collectivité afin de pouvoir proposer, argumenter, développer et réaliser un projet.
Ainsi le projet s’inscrira dans la logique d’autres personnes et pourra être facteur de solidarité. De plus cette manière de procéder permettra d’avoir accès à une inscription plus facile au plan institutionnel et politique.

La légitimité et la confiance auprès d’une équipe, d’une collectivité ne s’acquièrent qu’avec le temps. Rien ne sert de vouloir précipiter les choses quand on vient « d’ailleurs ». En effet, je n’ai pas pu réaliser tout ce que j’aurais souhaité cette année, et ce pour plusieurs raisons :
Je ne suis arrivé à Oyonnax qu’en octobre, la plupart des projets et budgets avaient déjà été votés depuis juin et je n’ai pu débloquer de nouveaux crédits pour recevoir un des membres de la compagnie lors d’une de mes séances, par exemple, ou proposer quelque chose de vraiment différent du projet existant en maternelle.
Parfois, mon statut d’étudiant m’a paru vraiment inconfortable. En effet, en tant que professionnel, l’année d’arrivée sur un nouveau territoire, un nouvel emploi, est souvent une année où l’on prend ses marques et où l’on comprend petit à petit quelles vont être les possibilités dans une équipe, mais, quels que soient les rapports qui vont s’installer, nous sommes considérés en tant que professionnel et collègue légitime. Pour l’étudiant, cela n’a rien d’une évidence.

Si j’avais eu plus de marge de manœuvre, plus de temps sur place et un peu plus d’imagination peut-être, j’aurais pu intégrer mon premier objectif, de « permettre le dialogue interculturel et ouvrir l’école aux familles » dans la réalisation du projet Allain Leprest, en organisant, par exemple, des moments de rencontres conviviaux à des moments clefs de la préparation du spectacle ou du concert : invitations lors de certaines répétitions à l’école ou au centre culturel, invitation pour un verre après le spectacle organisé en partenariat avec l’association des parents d’élèves, par exemple, ou intégration d’instruments d’autres pays dans l’arrangement des chansons et même invitation aux parents d’élèves musiciens (ouverture vers les musiques de l’immigration).

Si je devais rester travailler à Oyonnax en tant que musicien intervenant ou professeur d’instrument, je ferais en sorte de proposer et réaliser des projets intégrant d’avantage les populations de la Plaine en valorisant leurs cultures d’origines à travers des projets musiques, danses, théâtre, conte etc … et en permettant aux parents d’élèves, via leurs enfants, de pouvoir découvrir et apprécier les cultures et la diversités des cultures présentes à Oyonnax.

Il m’a parfois semblé, en réalisant ce projet Allain Leprest, qu’un grand pas avait été fait par les enfants pour découvrir et s’adapter à la culture « française » (poésie au vocabulaire complexe, esthétique musicale plutôt classique, découverte d’un lieu de concert renommé à la programmation assez élitiste) mais qu’aucun pas vers leurs cultures n’avait était entrepris.

Or, les projets musicaux peuvent et doivent permettre d’aller à la découverte de l’autre, à la découverte des cultures et ainsi être un vecteur de connaissance, d’appréciation, de respect et de solidarité entre les diverses communautés du territoire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *