Sacré Mozart ! (I) – Mozart est là.

À la question « c’est qui Mozart ? », la plupart d’entre nous répondrait spontanément : un musicien, un compositeur (en donnant quelques précisions à destination de l’interlocuteur : viennois, du XVIIIe siècle, le plus génial, le plus célèbre, le plus populaire, etc. en ajoutant très vite les arguments qui ne viendraient pas à manquer).

Et à la question « c’est quoi Mozart ? », nous pourrions affirmer à la suite : un enfant prodige, un génie, éventuellement un « effet »…

Mais certainement peu d’entre nous penseraient (ou oseraient) répondre : 

Pourtant, n’en déplaise aux musiciens, musicologues, mélomanes et autres spécialistes de la musique, « Mozart » aujourd’hui c’est aussi tout ça. Le nom, la musique, les expressions sur Mozart se retrouvent un peu partout dans notre quotidien. Dans ce premier épisode, je vais donc m’attacher à repérer la présence actuelle de Mozart dans des domaines de la vie courante qui ne sont pas directement musicaux, en particulier ceux qui découlent de choix commerciaux.

Pour commencer, on peut dire que Mozart apporte une « sacrée bonne image » en termes de communication parce qu’on trouve son nom dans bon nombre de noms de marques. En consultant la base de données de l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), on recense actuellement 163 marques ayant inclus Mozart dans leur nom (contre 83 pour Bach, 17 pour Schubert, 14 pour Beethoven par exemple). Au-delà d’une marque officiellement déposée, Mozart peut être également associé au nom d’un établissement (collège, restaurant, etc.) ou au modèle spécifique d’un produit, comme on peut le voir dans la liste ci-dessus, de la chaussure au smartphone en passant par du carrelage de salle de bain.

L’utilisation du nom Mozart représente ainsi une plus value symbolique qui dépasse le champ de la musique et sert en particulier à valoriser des produits haut de gamme (stylos Mont-Blanc) ou donner à des produits du quotidien des attributs de luxe (radiateur). On pourrait attribuer cela à la volonté de faire appel à l’imaginaire « sélectif » associé à la musique classique, mais on ne retrouve pas cela de manière aussi prononcée avec d’autres compositeurs célèbres comme Bach ou Beethoven[2]. L’iconographie de l’environnement de Mozart, qu’on voit en particulier dans les films qui lui sont consacrés (l’ambiance viennoise, la société de cour, les tenues, jabots, perruques, les tentures de velours, les dorures, etc.) pourrait éventuellement être évoquée, mais on trouve également des films sur Beethoven ou Bach qui reprennent ces attributs.

Le « petit plus » de Mozart, par rapport à ses collègues de panthéon, c’est certainement la précocité qui apporte une dimension supplémentaire à son « génie ». Le terme Mozart est d’ailleurs entré dans le langage courant comme synonyme de génie précoce. Effectuer une recherche internet sur les mots « le Mozart de » donne toute une déclinaison de cet exceptionnel phénomène : Le Mozart de la pizza, des échecs, du football, de la haute coiffure, du sitar, de la finance, de la menuiserie, de la glisse, de la tomate, des escarpins, etc.

Mozart est également diffusé un peu partout, sans que son nom soit cité, en particulier dans le monde de la publicité. Pour l’année 1993, on comptabilisait 10 publicités télévisées utilisant une œuvre de Mozart, largement devant Bach, Mendelssohn et Verdi, totalisant trois citations chacun[3]. Le moteur de recherche du site musiquedepub.tv recense pour sa part 24 publicités avec une œuvre de Mozart (contre 17 pour Verdi, 11 pour Beethoven et Bach). Dans un domaine voisin, un site commercial d’annonces pour répondeurs téléphoniques professionnels propose 8 œuvres de Mozart sur les 21 choix de la catégorie « musique classique », les autres compositeurs n’ayant qu’une œuvre chacun.

En 1994, Olivier Donnat notait que « plus des trois quarts des Français (79 %) connaissent le nom de Wolfgang Amadeus Mozart et savent qu’il s’agit d’un compositeur »[4] et que « près de six Français sur dix déclarent aimer Mozart »[5]. La renommée du prodige viennois[6] dépasse ainsi largement le cadre du public de la musique classique. 

Le nom de Mozart et sa musique ont donc d’autant plus de chance d’être diffusés… qu’ils sont déjà beaucoup diffusés ! Plus Mozart est connu, plus il le sera. Dans le domaine commercial en particulier, l’utilisation de Mozart est donc d’autant plus grande que son nom et ses œuvres (les plus connues !) sont déjà connus et sont le support de valeurs qui semblent faire vendre.

Mais au final, est-ce que Mozart est connu parce qu’il a de la valeur, ou est-ce qu’il a de la valeur parce qu’il est connu ? D’où vient ce capital de positivité qui pousse les logiques commerciales à le préférer à d’autres musiciens classiques ?

Nous verrons dans le deuxième épisode que Mozart a également une cote et une valeur bien spécifiques dans les mondes de la musique et de la recherche qui se définissent pourtant comme étant éloignés de ces préoccupations commerciales. Nous verrons aussi comment les discours sur Mozart dans ces deux mondes agissent sur le développement historique et social de cette valeur.

En attendant ce prochain épisode, je vous invite à nouveau à vous laisser bercer par la prodigieuse beauté de l’excellence musicale de Mozart en écoutant ce modeste montage sonore :


[1] Les sites de cette première partie ont été consultés le 3 octobre 2015.

[2] Même si on peut aussi voir ces noms associés à des marques commerciales comme par exemple des baskets Beethoven.

[3] Hennion, A., Maisonneuve, S., & Gomart, E. (2000). Figures de l’amateur: formes, objets, pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui. Paris: la Documentation Française. p. 241

[4] Donnat, O. (1994). Les Français face à la culture: de l’exclusion à l’éclectisme. Paris: Éd. La Découverte. p. 40

[5] Ibid. p. 42

[6] Remarquez comment, en utilisant ce type de périphrase, j’oriente le sens de « Mozart »…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *