« C’est l’heure de la pause ! »

Jeunes diplômés, jeunes actifs, jeunes apprentis de l’éducation, nous arrivons au croisement d’une multitude d’interrogations.
« Gauche, droite ? Alors, demi-tour ?! Non… Attends, regardons par-là ».
Nous choisissons de faire une pause au carrefour, de prendre le temps d’observer ce qui nous entoure avant de se mettre en route.
Nous décidons de partir 8 mois pour parcourir la France en vélo, à la découverte de lieux où l’éducation se pense, s’autorise et s’expérimente.

« Mais comment est-ce qu’on les fait venir dans l’école de musique ? Eux, là-bas, de l’autre quartier ?
Mais pourquoi les faire venir ici ?
Pour eux, enfin, pour créer ensemble… Les pratiques culturelles ne sont-elles pas un enjeu démocratique ?
Surement. Ces murs ont besoin de porter leurs couleurs. Et si tu y allais ?
Mais comment fait-on pour respecter leur culture, leur identité ? Comment peut-on leur offrir l’espace d’expression de ce qu’ils sont ?

Alors, les apprenants sont là. Bien. Et les acteurs de quartier ? Loin ? Seulement au bout de la rue ? Et les gens qui y vivent, qui l’habitent et l’animent ? Oui, fais les entrer.
Mais qu’est-ce qu’on leur propose ?
Qu’ils proposent, eux. Et qu’on s’approprie l’institution ensemble. »

Il tape la pulsation et marque une pause.

Ça ne marche pas.
Oui, peut-être. Il faut négocier, prendre en compte et comprendre, essayer, douter. »

Dans la course effrénée de nos carrières professionnelles, nous marquons un temps d’arrêt. Nous avons besoin de reprendre notre souffle, prendre le temps d’observer, de comprendre et de réadapter. Nos pratiques professionnelles ont besoin de puiser de nouvelles ressources, tant au niveau de nos valeurs que du contexte dans lequel elles s’inscrivent.
Et pour entériner cette pause, nous voilà à nous essouffler sur nos bicyclettes, à jongler entre des contextes différents, à s’immerger dans des lieux de toutes les couleurs, de tous les coins de France, de tous les sons de cloche. Nous essayons de comprendre l’engagement des personnes que nous croisons et l’ancrage de leurs convictions. Nous pédalons en quête de sens, d’expériences et de nouveaux savoirs.

Nous déambulons sur nos deux roues, d’une rencontre à une autre : « 8 mois sur les routes ? Mais c’est pour vous ce projet ? »
Pour nous, pour ceux que nous croisons, pour ceux avec qui nous en parlons, pour ceux avec qui nous le partagerons.
« Et, après ? ».
« Eh, après ? C’est la pause-déjeuner ! ».
Notre démarche se construit, non seulement sur les quelques mois en cours mais sur tous les projets que nous imaginons. Nous comprenons d’autres méthodes et analysons des procédés éducatifs différents. Les écoles coopératives où nous avons passés quelques temps réfléchissent leur rythme en fonction du besoin des apprenants. Les créateurs de situations d’apprentissages sont à l’écoute et sensibles aux propositions de chacun. L’enjeu est de susciter l’envie et de mettre à disposition des savoirs dont l’élève aurait besoin pour comprendre ce qu’il cherche à décoder. Le temps du répit est alors utilisé pour voir l’enfant évoluer et l’accompagner dans ses recherches.
« La pédagogie de la pause » est celle de l’éveil au monde et de nos rapports à l’environnement. Tâtonner, provoquer la suggestion puis essayer et analyser. Il s’agit de sortir la tête du guidon pour comprendre le contexte dans sa globalité avant de proposer une action. Ainsi, nous avons assistés à des conseils entre élèves où le président, le secrétaire et le gardien du temps assurent un cadre à l’expression individuelle. Les apprenants peuvent faire des propositions, émettre des critiques ou des envies et les soumettre aux autres. C’est le besoin individuel qui est absorbé par un tout afin de lui donner un sens à l’échelle collective. Nous avons également eu connaissance de groupes de concertation entre pairs. Au sein d’une association, différents protagonistes expriment une parole commune par rapport à un contexte commun. Ce sont ici des familles qui discutent entre elles dans un espace-temps donné pour formuler l’expression d’un ressenti commun face à des travailleurs sociaux. Cela permet de mettre des mots sur des maux de manière approfondie et de se décentrer de situations personnelles.

Le DéTour Buissonnier, c’est la volonté de s’unir, se désunir, proposer, expérimenter, oser, espérer. C’est une volonté personnelle portée au bien commun.
C’est un projet où l’on grandit personnellement pour être acteur de notre évolution professionnelle. C’est un temps de nouveautés et de réflexions partagées où la pause se prend pour voir à l’horizon.
Et pour la prendre, il nous faut poser un pied à terre.


Une réflexion au sujet de « « C’est l’heure de la pause ! » »

  1. Ping : #11 PAUSE … |

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *