Une Recherche-action qui inclut le terrain, tu vois le ToPos ?

Est-ce que tu as de l’expérience ? C’est quoi, ton expérience ? Quelle est ton expérience de l’expérience ? Est-ce que ton expérience est constituée d’expériences ? De toutes sortes d’expériences ? Toutes ces expériences font-elles une expérience ? Est-ce que ça te sert, toute cette expérience ? Est-ce que l’expérience t’a appris quelque chose ? Est-ce que ton expérience constitue un récit ? un savoir ? Est-ce que ton expérience est de laboratoire ? Est-ce que ton expérience fait avancer la science ? Ou sinon la science, au moins la connaissance ? Sinon la connaissance au moins des connaissances ? Des gens que tu connais ?


Nous avons l’idée, le plus souvent, que l’expérience propre à la recherche n’a pas beaucoup de rapport, sinon aucun, avec l’expérience vécue, l’expérience sociale, culturelle, professionnelle. Le développement de la recherche-action se fonde sur l’idée (que l’expérience de formation au Collège Coopératif Auvergne Rhône-Alpes (CCAURA) permet de vérifier) que toute expérience peut fonder une recherche, non pas une recherche pour la recherche, mais une recherche fondamentale, oui, si nous comprenons ce qualificatif, « fondamental », comme ce qui n’est pas superflu, mais bien indispensable ; pour la recherche-action, faire en sorte d’affirmer dans la démarche même de la recherche, que la pensée est active, que la théorie ne peut être dissociée de la pratique, mais doit s’en approcher au plus près.

Jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2016, nous pouvons essayer de comprendre tout cela grâce aux topos du LaboPraxéo, rencontres qui ressemblent à un colloque ou des journées d’études, mais qui sont des topos, ce qui est bien plus AmusAnt, et tout aussi sérieux.

Claire Haranger et Nicolas Sidoroff, tous deux engagés dans l’équipe de formateurs de la FDCE, Formation diplômante en cours d’emploi au CEFEDEM A-RA, viendront y présenter, vendredi 2 décembre, leurs expériences, leurs actions et leurs questions de recherche et tout cela ensemble. Au départ du dispositif dit de « recherche-action » de la FDCE, la communication a pour titre :

Faire vivre l’expérience de la transformation du terrain dans le cadre d’une formation à l’enseignement de la musique

Quelques éléments concernant cette démarche singulière de recherche-action menée au CEFEDEM recueillis auprès des formateurs qui interviendront le 2 décembre :

“ La première étape, c’est ce qu’on a appris d’Henri Desroches : commencer, avec les étudiants, par un retour sur leur parcours, non seulement professionnel, mais de vie, dont l’autobiographie raisonnée est une étape essentielle. Il constitue la base pour nos contacts avec eux, il permet de mettre au jour ce qu’ils vont vouloir creuser, de fabriquer pour chacun un contenu de recherche. Le fait d’avoir posé sur papier les points saillants de ce qu’ils ont vécu jusque-là, cela va faire naître des questions, des obstacles auxquels ils ont été confrontés, transformer ces questions en questions professionnelles.
Du point de vue personnel, tout devient moins lourd. C’est le contraire de psychologiser les choses. On peut avoir l’idée qu’un problème est lié à la personne. Dans le milieu musical, c’est particulièrement fort, parce que l’enseignement et les métiers sont très centrés sur l’individu, mais une expérience est aussi liée au milieu, à des institutions, etc. Cette étape de l’autobiographie raisonnée permet de faire sortir l’étudiant de l’approche purement psychologique pour rendre au contexte professionnel ce qui est professionnel. En remettant les choses sur le plan de l’analyse sociale, institutionnelle, etc., l’expérience devient quelque chose à partir de quoi il est possible d’agir.
L’objectif de la formation c’est de professionnaliser l’approche, c’est-à-dire de permettre au musicien d’être en action dans son métier, de pouvoir réfléchir sur son action, avec des outils d’interprétation critique, c’est-à-dire avoir des types de questions à se poser, des grilles d’analyse, des manières de travailler à plusieurs. Le levier fort c’est le travail en équipe, réfléchir à plusieurs. Ça reste très difficile à faire en école de musique. C’est comme de l’ordre de l’interdit, ce serait comme rentrer dans l’intimité du prof, d’entrer dans sa relation avec les profs. Professionnaliser, c’est faire de la recherche. Enseigner, c’est être capable de chercher. Être un bon professionnel, c’est faire de la recherche-action. Ce n’est pas faire de la recherche de répertoire pour se renouveler. Si c’est chercher des supports de cours pour faire tout le temps la même chose, ce n’est pas de la recherche. La recherche, c’est fabriquer du neuf et il y a une résistance à fabriquer du neuf.

Dans nos formations l’objet de la transformation n’était pas directement le terrain mais les gens en formation. On forme par la recherche pour que la transformation du terrain se fasse plus tard.
Pour la recherche-action développée au CCAURA, contour, détour et retour constituent un triptyque ; on part de l’expérience : avant de partir en recherche tout de suite, il faut d’abord faire le tour de la question telle qu’elle se pose sur le terrain (le contour), changer de posture par rapport à l’action. Il faut prendre ce temps du contour, puis du détour : le détour est le moment où je réfléchis, je ne suis plus l’acteur sur le terrain. Le détour permet de comprendre pourquoi des problèmes existent, identifier les choses, faire des préconisations pour le retour. Le retour est ensuite possible, avec des solutions d’acteur outillé par la recherche.
Dans la FDCE, les stages permettent a minima ce détour, bien mieux qu’une journée de formation par semaine, comme c’était le cas au début de sa mise en place. C’est plus facile dans les locaux de Cefedem, de se projeter, de penser autrement, que lorsqu’on revient sur le terrain. Mais les difficultés de certains professionnels à agir sur leurs terrains suite à leur formation nous ont incités à développer un dispositif de recherche-action dont l’enjeu est d’essayer de travailler, à l’intérieur de la formation, l’expérience de la transformation “en train de se faire” sur un terrain. Comme les étudiants sont toujours en rapport avec celui-ci, l’idée, c’est que pour que la recherche-action soit efficace, le terrain (ou plus exactement les difficultés à le transformer), fasse lui-même partie du détour. Qu’il devienne l’objet de ce travail de recherche-action. Pour nous c’est important que la formation accompagne le retour de l’étudiant sur le terrain, pour que l’espace critique de la formation puisse s’inscrire durablement dans les pratiques.
L’hypothèse, c’est que si on inclut le terrain dans le processus de formation, il y a plus de chances que le changement perdure et que la recherche-action permette vraiment ces changements.
Le changement est envisagé comme un processus, mélange de volonté, d’action et de résistance. Résistance, parce que, comme le souligne H. S. Becker, même quand ils semblent agir de la manière la plus absurde, la moins efficace ou la plus stupide, les gens ont toujours une bonne raison de faire ce qu’ils font.
L’action pédagogique institutionnelle et le processus de transformation des endroits du travail ne sont pas nécessairement spectaculaires, il s’agit d’actions en situation, loin de
l’analyse méta ou de l’approche holiste ; l’intention est de voir le lieu précis, et pas seulement les grands ensembles. L’idée, ce serait d’arriver à un changement structurel des lieux concernés, interroger la structure, et non pas monter seulement un projet. Mettre en place quelque chose qui bouge la structure, parce que tu la bouges, tu la vois. Ça c’est le cahier des charges ! Mais dans avec beaucoup de modestie bien sûr… ce n’est pas en un an et demi qu’on transforme un terrain… »

Peut-être pas, mais l’expérience pourra faire sens.

La suite du topo, c’est vendredi 2 décembre, au LaboPraxéo…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *