Instrumentiste, genre …

affiche-ensDans le cadre du colloque « Sexe et genre de la culture » organisé à l’ENS-IFÉ, Samuel Chagnard, doctorant en sociologie, musicien et formateur au Cefedem A-RA, présentera une communication qui s’intitule :

Le sexe de l’instrumentiste-instrument en orchestre symphonique :
variations des stéréotypes de genre à travers des dispositifs de présentation d’instruments sur internet.

Pour l’écouter en direct live, rendez-vous Vendredi 20 janvier à 9h 30 à l’IFE, salle 1, le débat sera animé par Hyacinthe Ravet, professeure en musicologie, Université Paris Sorbonne, IREMUS
https://s-genre-culture.sciencesconf.org/

Voici en quelques lignes de quoi il sera question :

Le monde de l’orchestre symphonique en France a fait l’objet de plusieurs études sociologiques dans les vingt dernières années. La plupart d’entre elles font état de constructions sociales différenciées en fonction de l’instrument et de sa place au sein de l’orchestre (Lehmann 2005 ; Adenot 2008). Ces différenciations sociales portent sur les origines familiales des instrumentistes, mais également sur leur sexe (Ravet, 2011). Le choix et l’apprentissage d’un instrument relèvent également d’une répartition genrée et participent à la construction du genre chez les élèves instrumentistes (Monnot, 2012). Ces études soulignent la place centrale de l’instrument dans le monde de la musique classique.
Cette prépondérance de l’instrument se manifeste en particulier par le passage obligé que constitue la présentation des instruments de l’orchestre symphonique depuis la mise en place de la politique d’animation musicale développée à la fin des années soixante en France (Lefebvre, 2014). Ces présentations d’instruments se retrouvent aujourd’hui dans de nombreuses situations d’enseignement, de découverte, d’explication ou de description de pratiques musicales. Elles constituent en particulier l’un des dispositifs récurrents de médiation culturelle menés par les orchestres comme c’est le cas sur le site de l’Orchestre de Paris.
En mars 2015, la mise en ligne de la rubrique « Figure de notes » sur le site internet de l’Orchestre de Paris fait suite au déménagement de l’orchestre de la Salle Pleyel (8e arrt), vers la nouvelle salle de concert de la Philharmonie (19e arrt), inaugurée en janvier 2015. Pour le responsable du site internet, cette nouvelle « localisation implique aussi un changement de public, de catégorie […], public moins mélomane, moins connaisseur ». Cette nouvelle rubrique s’adresse explicitement à ce « public adulte, mélomane sans plus, ou carrément néophyte, pour comprendre un petit peu de quoi est fait un orchestre ». Pour cela, « Figure de notes » propose de « [découvrir] les musiciens et les instruments de l’Orchestre de Paris » (programme de la saison 2015-16, p.47) avec deux dispositifs : un ensemble de 17 vidéos d’une dizaine de minutes où des musicien.ne.s de l’orchestre présentent leur instrument et un jeu interactif de questions pour tester ses connaissances sur les instruments (72 questions).
Cette communication se proposera d’analyser ces deux dispositifs de médiation sous l’angle des rapports sociaux de genre et de voir comment des intentions qui déterminent initialement les enjeux d’une médiation peuvent être détournées par le dispositif mis en place pour cette médiation. Après avoir décrit l’univers sexué normé de l’Orchestre de Paris, l’article va présenter une analyse des vidéos des 3 musiciennes, puis une analyse détaillée des illustrations proposées dans le jeu interactif. Nous verrons que les deux cas présentent explicitement une transgression de la ségrégation horizontale habituelle (absence de femmes sur des instruments « masculins »), mais que la ségrégation verticale en est d’autant renforcée, autant d’un point de vue des hiérarchies musicales pour les vidéos que des hiérarchies traditionnelles de domination masculine (Bourdieu, 1990) dans le cas du jeu interactif. Ceci nous conduira à conclure sur une hypothétique tache aveugle liée à la production d’une médiation : le renforcement des représentations qu’on souhaite modifier.

Bibliographie :

Adenot, P. (2008). Les musiciens d’orchestre symphonique. De la vocation au désenchantement. Paris : L’Harmattan.
Bourdieu, P. (1990). « La domination masculine », in Masculin/féminin-2, Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 84, septembre 1990. p. 2-31.
Monnot, C. (2012). De la harpe au trombone : apprentissage instrumental et construction du genre. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.
Lehmann, B. (2005). L’orchestre dans tous ses éclats : ethnographie des formations symphoniques. Paris : La Découverte.
Lefebvre, N. (2014). Marcel Landowski. Une politique fondatrice de l’enseignement musical 1966-1974. Lyon : Cefedem Rhône-Alpes, Comité d’histoire du ministère de la Culture et de la Communication.
Ravet, H. (2011). Musiciennes. Enquête sur les femmes et la musique. Paris : Éd. Autrement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *