Prendre la mesure du service public

Ça fait trois jours que j’erre dans Lyon, j’ai perdu mon permis. Alors je flotte sans permis, d’un lieu à l’autre. Les commissariats que je connaissais ont disparu, ou « fermés à partir de 17h30 ». Celui que je finis par trouver nie toute responsabilité : « ce n’est pas moi, c’est la préfecture ».

A la préfecture que je connaissais, je trouve porte close : « transféré à tel endroit ». A tel endroit où j’arrive enfin, une queue interminable, puis un œil oscillant entre amusement, panique et colère :
« Ah non pour ça c’est le matin seulement, là c’est fermé »…
– Mais sur le site y disent …
– Oui sur ce site-là, mais sur le site-ci ils disent que c’est que le matin…
– Vous pourrez leur dire au site là, qu’y a des gens qui…
– Oui, oui …
De nouveau dans la rue, piéton sans permis, mon regard en quête de repères butte sur une publicité, la couverture d’un journal, l’Express : « Le grand gaspillage – où va l’argent de vos impôts » …
Ben oui marmonné-je, où va t’il ?
Chaque fois que je rencontre un fonctionnaire, je le trouve en tension, le policier n’arrive pas à démarrer son ordinateur, Pôle emploi n’arrive pas à contenir les chômeurs, les enseignants à redresser la tour de PISA … Il faut le dire, pourtant : le fonctionnaire, tendanciellement, bosse c’est-à-dire qu’il se courbe sur son travail. (il y en a qui ne foutent rien, il y a des stakhanovistes, la grande majorité porte cette idée de l’intérêt général avec fierté).
Las, la rumeur publique s’enfle :
Les services publics plombent notre société (cris dans la salle ouh, ouh à mort !).
Depuis plusieurs années d’ailleurs le discours glisse lentement (on passe de la critique du fonctionnaire
« Les ronds de cuir » de Courteline, par nature paresseux et inefficace), au doute plus insidieux de son efficacité.

Jean de Kervasdoué pointait l’apparition des critères de gestion privée dans le discours d’expertise concernant le service public en … 1981 :

Les administrations contrairement aux entreprises privées seraient mal gérées. Elles auraient donc d’importantes réserves de productivité donc il serait possible de faire des économies sensibles en appliquant au secteur public des techniques de gestion en vigueur dans le privé et en limitant la sécurité de l’emploi qui «démotive » les administrateurs du « public »

Mais qu’entend-on par « bonne gestion » du secteur public ? Quels sont les critères applicables, transposables du privé par exemple puisque la « bonne gestion » serait son apanage ?

« Le coût, le coût » martèlent les contribuables qui seraient nous dit on, épuisés par la pression fiscale à laquelle d’autre échappent par ailleurs …
« Infirmier ! infirmier ! » rugit de même pourtant le même susdit contribuable accessoirement père de la petite Gabrielle griffée à l’œil par sa sœur … après trois heures d’attentes aux urgences de l’hôpital.
« Il nous faut faire des choix » nous dit sentencieusement la Cour des comptes… des choix ! des choix ! mugit le corps social … alors choisissons …
« Pas nous, pas nous » disent les vieux…
« Pas nous, pas nous » disent les malades
« Pas nous, pas nous » disent les exclus … enfin non, eux on ne les entend pas vraiment…
« Pas nous, pas nous » disent les niches de ci, les niches de là …

Retour à la case départ… c’est la force du secteur marchand un critère central : la profitabilité, chiffrable et lisible annuellement dans les bilans, simple, efficace.
Appliquons ce critère, à une politique publique, par exemple, le RSA.
68 % des personnes éligibles au RSA-activité ne le sollicitent pas
Efficace ? Ben oui, beaucoup d’argent public économisé, les sommes affectées sont économisées, le budget est en excédent…
Efficace ? ben non ça ne marche pas, … ça maintient les gens dans une forme d’assistance paternaliste qui ne renforce pas leur capacité d’action
Efficace ? Peut-être pour les 33 % qui sinon …
Bon, c’est trop compliqué le RSA, on va prendre autre chose …
L’enseignement spécialisé de la musique tiens… plus simple là, hein ?
Efficace ? Ben oui, il y a des écoles de musiques partout,
Efficace ? Ben oui, un million d’élèves … ça c’est du chiffre…
Efficace ? Ben on sait pas trop qui vient… pourquoi…ce qu’ils en font après …
Efficace ? Ben oui, ça donne des valeurs, l’effort et on est meilleurs en maths … je crois …
Efficace ? Ça coute une blinde ronchonne un élu… puis je les vois pas dans ma ville les musiciens…
Efficace ? Non tranche une ministre la démocratisation a échoué (et paf pour tout ce qui marche, mais dont la réalité n’est pas statistique) je vais déployer l’éducation artistique et culturelle à l’école, là on va voir ce qu’on va voir…
Et vous ? Vous en pensez quoi ? Efficace ? Bon en fait ça tangue … c’est peut-être aussi compliqué que le RSA et il y a du flou dans l’air, les mots les conceptions se heurtent et se télescopent …
Enseignement, éducation, accompagnement, territoire, patrimoine, numérique, création … Le modèle historique, vaisseau impérial fendant avec aisance les flots temporels prend l’eau. L’invective remplace la tranquille certitude …
« Ce n’est pas à nous de répondre aux besoins des politiques, c’est aux politiques de répondre à nos besoins » assène l’enseignante croisée dans un CRD,
« l’important dans notre secteur c’est la continuité mentale » prône un ancien directeur, qui secouait pourtant les branches institutionnelles avec vigueur … en 68.
« perte de valeur, oubli du patrimoine, hordes barbares … » s’inquiète cette prof de FM qui ne voit pas la fin de la déqualification … ou le début de la reconnaissance

C’est pas gagné… faut qu’on cause, qu’on s’entende … qu’on s’accorde (je sais, facile). La période est inquiétante, mais aussi excitante, passionnante, comme l’exposait en 2005 Luc Carton au personnel d’une maison médicale :

« Cette perte de frontières, qui touche tous les domaines, et pas seulement le vôtre, a un immense avantage : c’est qu’elle force à observer la même réalité à travers plusieurs grilles d’observation, et permet ainsi de s’interroger sur les grilles elles-mêmes, sur le regard qu’on porte. Elle a aussi un immense inconvénient : elle crée l’insécurité et l’angoisse sur la pertinence et la légitimité de ce que vous faites, et donc aussi sur l’efficience et l’efficacité.
L’éducation permanente me paraît être la seule méthode pour choisir entre les avantages et les inconvénients. Parce qu’il n’y a pas de savoir institué disponible sur ces matières. Et qu’il faut considérer, comme dans le couple, que la crise est un moment favorable pour mettre des mots.»

Ma proposition est d’ouvrir un espace d’échange consacré à cette question de l’évaluation de la politique publique de l’enseignement spécialisé pour, comme le conclut Luc Carton, préciser qui c’est et dans quel contexte il disait ça :

« Transformer l’expérience en expression, puis en analyse, et construire, si possible, un savoir social stratégique sur la division et l’articulation du travail que nous souhaitons. Cela plutôt que d’accepter le caramel mou du partenariat pour faire une ronde autour du patient ! » donner ta source !

Le patient, citoyen qui souffre sans murmurer les adversités et les contrariétés aimerait bien quelqu’un qui l’aide à refaire son permis de conduire.

Alors caramel mou ou aquarelle dure ? A vos pinceaux !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *