Le plan de dix ans, mythe et structures

La sortie prochaine d’un numéro spécial des Cahiers de recherche du Cefedem Rhône-Alpes, entièrement consacré à la politique de l’enseignement musical de Marcel Landowski, permet de rendre publique une recherche que j’ai commencé en 2005, dans le cadre du Comité d’histoire du ministère de la culture, mais que j’avais laissée au tiroir quelque temps, occupée par d’autres formes d’écriture, politiques et musicales et plus verticales. Mais grâce à l’interêt qu’a porté le Cefedem Rhône-Alpes à cette étude, et en particulier à Eddy Schepens, depuis longtemps engagé pour le développement de la recherche sur l’enseignement musical, responsable de la publication des Cahiers de recherche, grâce au soutien sans faille du Comité d’histoire, grâce à l’accord de Guy Saez, directeur de cette recherche,  et grâce à l’équipe de vaillants relecteurs et correcteurs du Cefedem, ce « livre-numéro spécial » pourra donc être diffusé.

Afin d’accompagner le futur lecteur dans la découverte de ces quelque 340 pages, il n’est pas inutile de rappeler d’emblée l’importance fondatrice de cette politique – le qualificatif est d’ailleurs dans le titre de ce livre-numéro-spécial – et de marquer en particulier l’importance de ce qui constitue à la fois le symbole, le résumé, la forme idéalisée, le support et l’instrument de cette politique, ce document communément appelé  le plan de dix ans.

Avec Anne Veitl, spécialiste des politiques de la musique et plus spécifiquement de la musique contemporaine, et en lien avec le laboratoire de recherche de l’I.E.P. de Grenoble (c’était alors le C.E.R.A.T.), nous avions déjà mené, dans le cadre du Comité d’histoire du ministère de la culture, une étude sur la politique musicale de Maurice Fleuret, directeur de la Musique de 1981 à 1986, étude qui fut publiée en 2000.

En travaillant à cet ouvrage, nous avions perçu, en amont de l’action novatrice de Maurice Fleuret et de toute son équipe, la puissance d’un modèle d’action à ce point solide et structuré qu’il était difficile, même pour un directeur de la musique aussi créatif et déterminé que Maurice Fleuret, de s’en dégager tout à fait; non seulement difficile, mais impossible ! Si Maurice Fleuret fut aussi l’inventeur d’un modèle de politique musicale, fondé que le principe d’égalité en dignité de toutes les pratiques musicales, sa politique musicale n’en pas pour autant fait disparaître le modèle précédent, dont il devait accepter, même pour le secouer quelque peu, l’héritage institutionnel avec ses logiques et ses formes d’efficacité.

Ce modèle avant le modèle, qui semblait toujours devoir persister, avec son idéal, celui de démocratisation musicale, et son affirmation du droit de tous à accéder à la musique, était celui de la politique de Marcel Landowski, premier directeur de la musique. Tandis que le Plan, devenu « ardente obligation » par déclaration solennelle du Général de Gaulle en mai 1961, s’était imposé comme instrument essentiel du développement économique et social, Landowski avait su en saisir l’efficacité symbolique et lancer son propre plan, le Plan de dix ans pour l’organisation des structures musicales françaises.

Ce plan, élaboré par Marcel Landowski durant l’été 1969, bien que sans rapport avec les plans émanant du Commissariat au Plan, puisqu’il était délié des logiques et contraintes posées par leur élaboration, semble bien avoir eu cette même puissance étonnante, que le juriste Georges Burdeau, lors d’un colloque à l’IEP de Grenoble, en 1963, consacré à « la planification comme processus de décision », avait associée au mythe :

 «  Lorsque je parle du plan comme mythe, je considère essentiellement sa force agissante ; je me demande d’où elle vient, j’essaie de résoudre le problème, car je me souviens d’être juriste, et je considère aussi la nature des obligations qu’il énonce, ou encore- parce qu’il est bien entendu que le plan français n’est pas obligatoire au sens juridique du terme – la nature de la contrainte qu’il exerce. »(La planification comme mode de décision,p.35)

Le Plan de dix ans n’avait bien évidemment pas plus de caractère obligatoire que les plans quinquennaux  – « français », nous dit Burdeau, c’est-à-dire, à cette période, non communistes – ,  mais il semblait bien agir de la même façon, comme une paradoxale injonction à la poursuite volontaire de ses objectifs.

Georges Burdeau qualifiait la planification de « nouvelle et très subtile technique de la discipline sociale », visant à « l’acceptation d’une nécessité qui est directement issue du monde où nous vivons », et dont l’argument serait profondément ancré dans l’idéologie de la modernité. Car enfin, soulignait-t-il, « nous voulons être de ce monde, nous ne voulons pas manquer le train ».

Or c’est bien ce train qu’il s’agit, annonce le Plan de dix ans, de rattraper en marche ; c’est bien ce calage nécessaire sur l’horaire de la modernité qui justifie une telle ambition réformatrice :

« Le considérable retard qui caractérise l’organisation des structures musicales françaises, que ce soit pour l’enseignement de la musique, la diffusion de celle-ci et le contrôle technique des moyens existants, n’a pas permis l’adaptation du fait musical aux profondes mutations sociales et techniques du monde moderne ainsi qu’aux nouveaux besoins apparus et a conduit la masse des musiciens professionnels il y a trois ans à un état de crise d’un extrême gravité.

Depuis lors un certain nombre d’actions ont été menées, des options en divers domaines ont été prises (en particulier dans l’enseignement), mais le retard était si grave, les effets d’une crise d’adaptation si profonds, crise dont les débuts remontent à près de trente ans et due principalement à l’apparition des moyens de reproduction sonore, que la définition d’une action à long terme a paru nécessaire, action devant se développer sur dix ans environ et devant aboutir à l’organisation de « Régions musicales » (une par région de programme) possédant chacune :
– son conservatoire régional ;
– son theâtre lyrique régional ;
– son orchestre régional ;
– son animation régionale. »

Rédigé dans un contexte budgétaire tendu, mais dans un contexte de transformation de l’organigramme du ministère favorable à l’administration de la musique -le service de la musique est alors en passe de devenir la direction de la musique, de l’art lyrique et de la danse– , le Plan de dix ans a si bien réussi à s’imposer qu’il continuera à orienter les politiques musicales bien après le départ de Landowski, à la fin de l’année 1974, et à imposer aux réformes ultérieures l’ancrage institutionnel de son idéal musico-politique.

Lancé en 1970, ce plan devait, en toute logique, être achevé en 1980…qu’y aurait il donc de si étrange à ce qu’un plan de dix ans dure effectivement dix ans ? Bien sûr cela peut surprendre aujourd’hui, alors que les politiques ont le souffle plus court, mais Marcel Landowski avait bel et bien conçu une action dans la durée, et le plan de dix ans en a été le formidable instrument.

En janvier 1979, Maurice Fleuret, alors journaliste responsable de la musique au Nouvel Observateur, dans une féroce et ironique lettre ouverte à Jacques Charpentier, mettait en garde ce nouveau directeur de la Musique qui s’apprêtait à succèder à Jean Maheu :  « le plan de dix ans », lancé avec éclat par Landowski, a été le boulet, le carcan de Maheu », écrit-il, ce qui n’est sans doute pas très gentil, ni pour Landowski, ni pour Maheu… mais Maurice Fleuret, alors critique engagé de la vie musicale, n’est pas gentil ! Sans doute n’a-t-il pas encore perçu que ce « boulet » n’était pas si facile à détacher de la cheville…puisque  Maurice Fleuret devra bien, lui aussi, devenu directeur de la Musique, prendre en compte la logique territoriale de ce plan et continuer la lutte contre les « déserts musicaux », mais surtout en reprendre le mode d’intervention, en ce qui concerne l’enseignement, de réforme par impulsion centrale.

Pourquoi ce Plan de réforme pour l’organisation des structures musicales françaises, rédigé par Marcel Landowski, a-t-il pu s’imposer si fortement à ses successeurs ?

La réponse est peut-être dans la question : la réforme structurelle concerne les structures, ou pour utiliser la métaphore de Maurice Fleuret, « l’industrie lourde de l’orchestre symphonique et du théâtre lyrique », à laquelle on doit encore ajouter la puissante construction pyramidale de l’enseignement spécialisé  et l’organisation de structures d’animation musicale en région. Engager une politique structurelle, c’était prévoir que cette politique, inscrite dans les dispositifs institutionnels, orienterait pour longtemps les décisions à venir.

Cette politique présente en effet une cohérence telle qu’il n’est pas envisageable de ne réaliser une réforme ne portant que sur certains types de structures. Toutes sont reliées par une seule et même logique, celle de la diffusion par le concert : Il faut réformer les orchestres et des théâtres lyriques pour que les musiciens puissent exercer leur métier et pour que les Français aient accès la musique vivante (par opposition à la musique enregistrée) ; il faut réformer les conservatoires pour former les musiciens, professionnels de haut niveau, et des amateurs, public éclairé, pour que puissent exister des concerts de qualité ; il faut des structures d’animation musicale pour démocratiser l’accès au concert et à l’enseignement.

Le Plan de dix ans solidarise la réalisation des objectifs de chaque domaine d’action, enseignement, diffusion, création et animation avec celle de tous les autres. Permettre l’accès de tous à la musique se traduit ainsi concrètement par l’organisation de « régions musicales » où un enseignement de « haute qualité » permettra la formation des musiciens professionnels et d’un public d’amateurs de concerts.

En outre, l’inachèvement même de cette politique pouvait suffire à en légitimer la poursuite, et cela prend même, dans le cas du Plan de dix ans, l’allure d’une contradiction, puisque sa réalisation implique de rompre avec le principe d’égalité géographique sur lequel, pourtant, il se fonde.

S’agissant de l’enseignement, Marcel Landowski avait été en effet rapidement confronté au problème que posait la réalisation de sa réforme telle qu’il l’a conçue :

« Je me suis tout de suite heurté à de nombreuses difficultés. La première tient au fait que, quand on commence une politique, il faut faire les choses par étapes : en conséquence, je m’étais fixé comme règle d’aider financièrement et de transformer pédagogiquement les écoles par tranches successives, mais chacune complètement. Il s’en suivit que toutes celles qui ne furent pas aidées en priorité se transformèrent en foyers de mécontentement… c’est ainsi que, dès 1968, je reçus une délégation imposante de maires et d’adjoints venus protester auprès de moi – ils accomplirent la même démarche auprès du ministre – parce que les crédits supplémentaires que j’avais obtenus étaient affectés en totalité à deux conservatoires seulement – Toulouse et Reims – promus conservatoires nationaux de région, et au relèvement des subventions de trois écoles nationales. Cette démarche des élus était fort compréhensible : depuis des années, les subventions, par le fait de l’érosion monétaire, diminuaient régulièrement alors que les charges ne cessaient de croître : enfin, un peu d’argent supplémentaire était accordé, et il paraissait normal et équitable que cette manne, même très modeste (environ un million), fût répartie entre les 44 écoles existantes. Je tentai de faire accepter un raisonnement inverse (…) pour contraindre le pouvoir financier à ne pas s’arrêter en chemin. » (Marcel Landowski, Batailles pour la musique, 1974, p. 56)

Le plan de dix ans est un moyen de prolonger l’engagement budgétaire de l’Etat pour la musique en même temps que d’affirmer un égalité musicale théorique, ce qui pourra permettre de faire accepter, provisoirement, l’inégalité de fait assumée par une politique ciblée sur des réalisations prioritaires.

Est-il imaginable d’interrompre le processus de réforme en cours de route, alors que l’égalité ne serait pas réalisée ? Comment expliquer aux Français que telle ou telle région ait pu développer un orchestre, transformer son conservatoires et développer des activités d’animation musicale si d’autres doivent rester à l’écart de la réforme ?

La vertu d’un schéma est bien de réduire au maximum les aspérités du réel, qu’elles soient géographiques, sociales, économiques, politiques, esthétiques, pour développer un modèle qui puisse satisfaire le principe égalitaire, ici moteur de l’action publique ; car c’est bien l’égalité qui forcera à l’action : une politique musicale créant des déséquilibres, mêmes provisoires, n’est pensable que dans ce cadre de cet objectif annoncé.

L’accès de tous à la musique est le référentiel de la politique de Marcel Landowski, et celui–ci, par la formalisation du Plan, se déploie sur un territoire aussi abstrait que régulier, pur découpage administratif, avec des Français abstraits, citoyens tous pareillement concernés par la musiqueMais quelle musique ? En 1969, pour le directeur de la musique, comme pour le Ministre, il n’y a qu’une musique.

Le Plan de dix ans décrit une parfaite égalité institutionnelle entre toutes les régions, mais cette égalité est évidemment toute formelle, sur le papier ; et c’est justement cette formalisation sur le papier qui imposera la poursuite de sa réalisation par les successeurs de Landowski à la direction de la Musique :

 « Le Plan de dix ans propose la mise en place progressive des structures professionnelles nécessaires à la vie musicale du pays sur les plans principaux que sont :
Pour la formation : la mise en place des établissements spécialisés pour les professionnels et les amateurs en relation avec l’Education nationale.
Pour la diffusion : a) la rénovation et la création des orchestres et théâtres lyriques régionaux ainsi que leur insertion dans la vie véritable de la région ; b) le développement de la vie chorale. »

Outre la formule étrange de « vie véritable de la région », qui laisse supposer que la musique, du moins telle qu’elle est alors appréhendée par la direction de la Musique, n’a pas d’évidence un rapport au territoire, on remarquera la focalisation de cette politique sur la profession musicale, correspondant à une conception de la vie musicale organisée autour du concert, moment musical par excellence et lieu de l’excellence musicale.

Inutile de chercher, dans le Plan de dix ans, des « pratiques musicales » ; ce n’est pas qu’elles n’existent pas, mais cette notion n’entrera dans le vocabulaire et les préoccupations du ministère qu’après 1981 ; ce sont les «structures professionnelles» qui structurent la vie musicale, et pas la vie musicale qui structure les structures. Mais ces structures ne structurent-elles pas d’abord un mythe, et ce mythe n’est-il pas celui de l’Etat moderne ?

« Le plan associe une image de ce que sera le futur, une image de demain, à une volonté qui est très actuelle de nos gouvernements. Il s’agit d’obtenir des divers agents de l’économie nationale la construction d’une certaine structure sociale qui corresponde à la vision du futur qui profiterait au groupe entier » (La planification comme mode de décision,p.36)

De ce que disait Georges Burdeau à propos de l’économie nationale, Marcel Landowski a eu l’intuition politique d’en faire l’instrument de sa politique musicale.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *