La meilleure façon de marcher

« Je ne fay point de doute, qu’il ne m’advienne souvent de parler de choses, qui sont mieux traictées chez les maistres du mestier, et plus veritablement », écrit Montaigne, dans ses Essais ( livre II, chapitre X, Des livres ) séparant la science dont on fait profession, qui travaille à connoitre les choses, des fantaisies de l’ esprit primsautier pour mieux affirmer, sans en faire une leçon, que l’usage des savoirs compte davantage que leur affirmation, ce qui pourrait rassurer ces éternels chercheurs peu pressés de fixer l’état de leur recherche en articles classés, mais toujours à chercher comment continuer de savoir malgré tout ce qu’ils ignorent.
Il s’agit, pour Montaigne, dans ce chapitre, de nous parler des livres, mais nous pouvons y puiser cette idée, favorable à la connaissance, que la manière compte, et que cette manière est aussi une humeur, humeur libre, non assujétie aux croyances du temps ni au temps qu’il fait. « Je ne fay rien sans gayeté : et la continuation et contention trop ferme esblouït mon jugement, l’attriste, et le lasse », dit-il tout simplement. Lire la suite