« C’est l’heure de la pause ! »

Jeunes diplômés, jeunes actifs, jeunes apprentis de l’éducation, nous arrivons au croisement d’une multitude d’interrogations.
« Gauche, droite ? Alors, demi-tour ?! Non… Attends, regardons par-là ».
Nous choisissons de faire une pause au carrefour, de prendre le temps d’observer ce qui nous entoure avant de se mettre en route.
Nous décidons de partir 8 mois pour parcourir la France en vélo, à la découverte de lieux où l’éducation se pense, s’autorise et s’expérimente. Lire la suite

Sacré Mozart !

Expansion et effets d’un mythe en trois épisodes

Commençons d’abord par écouter Mozart.[1]

Tout le monde, ou presque, connait Mozart. Et si Mozart est un peu partout, c’est bien qu’on en a fait quelque chose d’incontournable. 

En trois épisodes, ce billet de blog vous propose de regarder la construction d’un nom, d’une expression, d’un mythe, d’une icône, bref d’un symbole qui dépasse largement le domaine musical. Il vous invite à essayer de comprendre ce qu’est « Mozart ».

Il ne sera ici pas question de chercher dans la musique de Mozart les raisons de son exception, mais de voir comment on parle de lui, comment on se sert du « label » Mozart, ce qu’on lui fait dire, ce qu’on lui prête comme vertus et in fine les effets que cela peut produire.

Pour le dire autrement, essayons de comprendre comment Mozart est devenu Mozart en répondant à ces questions :

Qui a créé Mozart ?
Un Mozart, comment ça se crée ?
Mozart, ça crée quoi ?

Épisode disponible
Sacré Mozart ! (I) – Mozart est là.[2]

Épisodes à venir
Sacré Mozart ! (II) – Mozart sacré, ça crée Mozart.
Sacré Mozart ! (III) – Mozart massacré, la masse (re)crée Mozart.


[1] Cet extrait mixe les bandes sons d’une présentation de concerts d’un chef d’orchestre et d’une vidéo pédagogique d’un guitariste.

[2] Évidemment, Mozart est las de ces jeux de mots laids…

Sacré Mozart ! (I) – Mozart est là.

À la question « c’est qui Mozart ? », la plupart d’entre nous répondrait spontanément : un musicien, un compositeur (en donnant quelques précisions à destination de l’interlocuteur : viennois, du XVIIIe siècle, le plus génial, le plus célèbre, le plus populaire, etc. en ajoutant très vite les arguments qui ne viendraient pas à manquer).

Et à la question « c’est quoi Mozart ? », nous pourrions affirmer à la suite : un enfant prodige, un génie, éventuellement un « effet »… Lire la suite

Une musique de chien

Par une calme soirée, j’étais descendu jusqu’à la Seine. J’entendis des sons bizarres que le vent, par bribes, m’apportait. Ils venaient de la cabane de Flamant. Je m’approchai. Immobile, dans l’obscurité, j’écoutai. Quelqu’un jouait de l’accordéon. Mais qui? Était-ce bien d’un accordéon que venait cette musique? L’accordéon est un instrument pour polkas dans les bals, un orgue de barbarie timide; sa sonorité est mal posée, comme la voix d’un adolescent qui mue. Mais les sons que j’entendais étaient pleins comme les sons d’un orgue. S’ils devenaient plus rapides, leur sautillement était allègre et libre. C’était une musique humaine et profonde comme celle de Moussorgski. On eût dit qu’elle enlevait au paysage son caractère familier et qu’elle l’éloignait dans l’espace. Étais-je bien sur la lisière de Fontainebleau? N’étais-je pas plutôt un voyageur en exploration ayant marché des jours et des nuits dans un désert et qui, brusquement, retrouvait tous les soucis, toutes les angoisses mystérieuses et les humbles joies des autres hommes?
J’entrai dans la cabane. Flamant était assis sur un escabeau, les yeux calmes et levés au plafond, le buste remué d’un mouvement de balancier.
— Qu’est-ce que vous jouez-là?… lui demandai-je.
— Je m’amuse… répondit-il.
J’insistai :
— Mais, enfin, de qui est cette musique?
— De personne…
— Mais qui donc vous a appris?…
— Personne… je m’amuse… Et je ne pus tirer de lui d’autres mots que ceux-ci :
— Je m’amuse…
(Octave Mirbeau,Dingo,1903) Lire la suite

L’enseignement musical. Modèle national et mutations contemporaines.

Ce texte est issu d’une conférence aux assises régionales du collectif Canopeea au FIL à St Etienne, les 8 et 9 Octobre 2012. Il veut contribuer à une réflexion sur le contexte sémiologique, autrement dit sur les cadres de la pensée et de l’action publiques concernant l’enseignement supérieur musical en France.

Tout mouvement, tout énoncé qui pose un problème dans l’espace public, dans le champ politique, laisse inévitablement de côté d’autres problèmes, ou même se construit contre d’autres problèmes. Il n’y a pas de politique pure ! Il n’y a pas de politique sans restes. Nous devons le savoir.
Didier Eribon Lire la suite

Présentation du livre « Marcel Landowski, une politique fondatrice de l’enseignement musical »

Le 7 novembre 2014, le Cefedem Rhône-Alpes organisait la présentation du nouveau numéro de sa collection Enseigner la musique n° 12,  intitulé « Marcel Landoswski, une politique fondatrice de l’enseignement musical, 1966-1974 » de Noémi Lefebvre. Cette playlist-vidéo rend compte de l’ensemble des interventions de cette journée, à savoir :

  • Jacques Moreau, Directeur du Cefedem Rhône-Alpes
  • Jean-François Marguerin, Directeur régional des affaires culturelles, Ministère de la culture
  • Geneviève Gentil, Conseiller du Président du Comité d’histoire du Ministère de la culture
  • André Dubost, Compositeur, Inspecteur de la musique
  • Guy Saez, Directeur de recherche CNRS
  • Eddy Schepens, Rédacteur en chef de la revue Enseigner la Musique, professeur honoraire du CNSMD de Lyon et directeur adjoint honoraire du Cefedem Rhône-Alpes
  • Noémi Lefebvre, Docteur en science politique, responsable du centre d’études sur l’enseignement et les pratiques musicales au Cefedem Rhône-Alpes.

Le plan de dix ans, mythe et structures

La sortie prochaine d’un numéro spécial des Cahiers de recherche du Cefedem Rhône-Alpes, entièrement consacré à la politique de l’enseignement musical de Marcel Landowski, permet de rendre publique une recherche que j’ai commencé en 2005, dans le cadre du Comité d’histoire du ministère de la culture, mais que j’avais laissée au tiroir quelque temps, occupée par d’autres formes d’écriture, politiques et musicales et plus verticales. Mais grâce à l’interêt qu’a porté le Cefedem Rhône-Alpes à cette étude, et en particulier à Eddy Schepens, depuis longtemps engagé pour le développement de la recherche sur l’enseignement musical, responsable de la publication des Cahiers de recherche, grâce au soutien sans faille du Comité d’histoire, grâce à l’accord de Guy Saez, directeur de cette recherche,  et grâce à l’équipe de vaillants relecteurs et correcteurs du Cefedem, ce « livre-numéro spécial » pourra donc être diffusé. Lire la suite

Prendre la mesure du service public

Ça fait trois jours que j’erre dans Lyon, j’ai perdu mon permis. Alors je flotte sans permis, d’un lieu à l’autre. Les commissariats que je connaissais ont disparu, ou « fermés à partir de 17h30 ». Celui que je finis par trouver nie toute responsabilité : « ce n’est pas moi, c’est la préfecture ». Lire la suite

Changer l’école par le spectacle

L’intérêt d’un service public de l’enseignement artistique spécialisé au sein d’un territoire semble avoir perdu son caractère d’évidence ; confrontés à la question de la survie d’une l’école, souvent pour des questions de réduction budgétaire, une équipe peut avoir à argumenter sur l’intérêt d’une collectivité à financer un service public de cette ordre.

C’est dans cette situation budgétaire très tendue suite à un changement de politique culturelle de la communauté de communes que l’académie musique et danse (AMD) de Miribel dans l’Ain s’est trouvée dans la nécessité de défendre sa légitimité et l’importance de ses missions sur ce territoire. Lire la suite

Cette musique du dehors qui ne fait pas école

Aujourd’hui, la bibliothèque musicale de tout un chacun est contenue dans un petit boitier numérique ou dans son smartphone que l’on emporte partout (même au conservatoire de musique). Les chaines vidéo sur youtube pour apprendre le yukulélé se développent. Les jeux musicaux en ligne ou sur console font encore recette. Les outils de création musicale sont accessibles à tous, si tant est que vous possédez un ordinateur (les prix des logiciels ont chuté et certains produits sont aujourd’hui gratuits). Les communautés et réseaux sociaux de musiciens se remplissent et créent de nouvelles formes de collaboration artistique transfrontière, à distance. Voilà une liste non exhaustive des éléments qui constituent aujourd’hui la partie cachée de la formation du musicien, de ses pratiques, de ses expériences. Lire la suite

La meilleure façon de marcher

« Je ne fay point de doute, qu’il ne m’advienne souvent de parler de choses, qui sont mieux traictées chez les maistres du mestier, et plus veritablement », écrit Montaigne, dans ses Essais ( livre II, chapitre X, Des livres ) séparant la science dont on fait profession, qui travaille à connoitre les choses, des fantaisies de l’ esprit primsautier pour mieux affirmer, sans en faire une leçon, que l’usage des savoirs compte davantage que leur affirmation, ce qui pourrait rassurer ces éternels chercheurs peu pressés de fixer l’état de leur recherche en articles classés, mais toujours à chercher comment continuer de savoir malgré tout ce qu’ils ignorent.
Il s’agit, pour Montaigne, dans ce chapitre, de nous parler des livres, mais nous pouvons y puiser cette idée, favorable à la connaissance, que la manière compte, et que cette manière est aussi une humeur, humeur libre, non assujétie aux croyances du temps ni au temps qu’il fait. « Je ne fay rien sans gayeté : et la continuation et contention trop ferme esblouït mon jugement, l’attriste, et le lasse », dit-il tout simplement. Lire la suite

AmusER

Le carnet AmusER accompagne les recherches menées par les artistes, musiciens enseignants et chercheurs au sein du Centre de recherche sur l’enseignement et les pratiques musicales du Cefedem-Rhône Alpes en proposant des informations, des réflexions et des analyses au fil des travaux et observations de terrain.