La meilleure façon de marcher

« Je ne fay point de doute, qu’il ne m’advienne souvent de parler de choses, qui sont mieux traictées chez les maistres du mestier, et plus veritablement », écrit Montaigne, dans ses Essais ( livre II, chapitre X, Des livres ) séparant la science dont on fait profession, qui travaille à connoitre les choses, des fantaisies de l’ esprit primsautier pour mieux affirmer, sans en faire une leçon, que l’usage des savoirs compte davantage que leur affirmation, ce qui pourrait rassurer ces éternels chercheurs peu pressés de fixer l’état de leur recherche en articles classés, mais toujours à chercher comment continuer de savoir malgré tout ce qu’ils ignorent.
Il s’agit, pour Montaigne, dans ce chapitre, de nous parler des livres, mais nous pouvons y puiser cette idée, favorable à la connaissance, que la manière compte, et que cette manière est aussi une humeur, humeur libre, non assujétie aux croyances du temps ni au temps qu’il fait. « Je ne fay rien sans gayeté : et la continuation et contention trop ferme esblouït mon jugement, l’attriste, et le lasse », dit-il tout simplement.

Le nom que nous avons choisi pour ce carnet manque certes un peu de sérieux, mais nous faisons l’hypothèse, que dans le domaine des pratiques de l’art, de la musique, et de leur enseignement, toute recherche qui ferait rouler un peu trop son air pourrait bien en manquer et finir par ne produire que des vérités auxquelles on devrait croire.
L’amusement n’est-il pas une façon de se prémunir des certitudes qui menacent sans cesse le désir de connaissance ?
Les muses qui nous occupent ne sont pas celles qui font de l’inspiration un principe supérieur auquel il faudrait suspendre une exégèse ; elles sont, plus simplement, le radical commun de la musique et du jeu qui distrait des passions et accepte l’éventualité de perdre son temps, laisse place au hasard et aux bonnes rencontres.

Le manque de sérieux n’est pas une façon de se situer de principe en deça du savoir, mais de prendre en compte cette ancienne découverte, que si l’amusement est parfois défini comme le contraire du travail, rien n’est pourtant moins favorable à la pensée que l’obligation posée de penser comme il faut, sans la distraction du cancre, savant des fonds de la classe. Pourquoi ne pas considérer l’ honnête amusement, sinon comme une condition de la recherche, au moins comme un état d’esprit favorable à l’étude, non pour la dissoudre dans le jeu d’enfant ou son empêchement, mais pour ne pas l’encombrer d’une marche mécanique, laquelle ne manque pas, transformant le marcheur en machine à marcher, de démontrer l’inadaptation de l’homme à la marche, ce qui ne manque pas de provoquer le rire ?

Ajoutant le E de l’éducation, à moins que ce ne soit de l’enseignement, et le R, donc, de la recherche à moins que ce ne soit celui de la réflexion, et le A, non privatif, mais au contraire celui de l’art en général, comme on l’entend communément, composé des arts singuliers au pluriel, et d’artistes qui le font, et voilà l’acronyme.
Ainsi créé, il fait le mouvement lancé, à partir de ce dont est capable toute pensée, heureusement informe, en tous points discutable : une construction mobile, un jeu des idées où chercheurs, artistes , enseignants, ne délimitent pas immanquablement des professions mais marquent des attitudes et des actions, des modes d’expérimentation et d’analyse qui contribuent ensemble au développement des connaissances.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Noémi Lefebvre (15 janvier 2014). La meilleure façon de marcher. AmusER. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b55l


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.