Cette musique du dehors qui ne fait pas école

Aujourd’hui, la bibliothèque musicale de tout un chacun est contenue dans un petit boitier numérique ou dans son smartphone que l’on emporte partout (même au conservatoire de musique). Les chaines vidéo sur youtube pour apprendre le yukulélé se développent. Les jeux musicaux en ligne ou sur console font encore recette. Les outils de création musicale sont accessibles à tous, si tant est que vous possédez un ordinateur (les prix des logiciels ont chuté et certains produits sont aujourd’hui gratuits). Les communautés et réseaux sociaux de musiciens se remplissent et créent de nouvelles formes de collaboration artistique transfrontière, à distance. Voilà une liste non exhaustive des éléments qui constituent aujourd’hui la partie cachée de la formation du musicien, de ses pratiques, de ses expériences.

Dans les années 70, Allen Tough utilisait la métaphore de l’iceberg pour affirmer que “la plus grande partie de ce que nous avons appris ne résulterait pas de la fréquentation du système scolaire”. Pendant une quarantaine d’année, les recherches en sciences de l’éducation (entre autres) ont étayé la thèse selon laquelle “tout le monde apprend partout et tout le temps” en développant un discours autour de la notion d’”apprentissage informel” et “non formel”. Il y a aujourd’hui consensus pour définir ces termes. Nous citerons Patrick Werquin dans son rapport “Reconnaître l’apprentissage non formel et informel RÉSULTATS, POLITIQUES ET PRATIQUES” pour l’OCDE en 2010 (p.24-25) :
– Apprentissage formel : L’apprentissage formel est dispensé dans un contexte organisé et structuré et est explicitement désigné comme apprentissage (en termes d’objectifs, de temps ou de ressources). Il répond à un objectif clair et une intention de la part de l’apprenant : acquérir des savoirs, savoir-faire et/ou compétences.

– Apprentissage informel : L’apprentissage informel est l’apprentissage découlant des activités de la vie quotidienne liées au travail, à la famille ou aux loisirs. Il possède la plupart du temps un caractère non intentionnel de la part de l’apprenant. On parle souvent d’apprentissage expérientiel ou d’expérience tout court. L’idée est que le fait même d’exister expose en permanence les individus à des situations d’apprentissage.

– Apprentissage non formel : L’apprentissage non formel est intégré dans des activités planifiées qui ne sont pas explicitement désignées comme activités d’apprentissage (en termes d’objectifs, de temps ou de ressources). L’apprentissage non formel est intentionnel de la part de l’apprenant.

La révolution numérique est entre temps passée par là et la machine s’est emballée ! Le Web 2.0 a décuplé les possibles en matière d’accès à la connaissance et a radicalement transformé le rapport à la musique des nouvelles générations. L’usage des nouvelles technologies a modifié le rapport à la création artistique en général que ce soit la photo, la création graphique, la vidéo ou le son. La génération Y (digital native) a aujourd’hui “le réflexe internet” pour trouver de l’information mais également en créer. Dès lors, les échanges et conseils sur les blogs, pages facebook, forums et autres sites dédiés à l’apprentissage d’un instrument en témoignent. Tapez “apprendre le yukulélé” (pour suivre notre exemple) dans votre moteur de recherche préféré et vous trouverez à coup sûr une liste de liens à aller explorer.

Dès lors, le plus intéressant n’est pas tant de réfléchir à ce qui relève du formel ou de l’informel mais bien de regarder en quoi ces notions nous permettent de réinterroger les modes d’apprentissage traditionnels. Comme le dit Gilles Brougère, la notion d’apprentissage informel “met l’accent sur des situtations éducatives limites, caractérisées par l’absence de mise en forme et parfois d’intentionalité….[Cette notion] permet d’entrer dans la complexité de l’apprentissage”. En s’intéressant à cet invisible, à ces manières d’apprendre qui échappent à la forme scolaire, n’y a-t-il pas moyen d’innover dans les écoles de musique ? Car c’est bien de cela qu’il s’agit, repenser les pratiques pédagogiques au regard de cet informel encore non considéré, de cette musique du dehors qui ne fait pas école, parfois même de ces “mauvaises pratiques” qui n’ont pas droit de citer entre les murs des écoles de musique. La déconnexion historique entre pratique sociale et pratique pédagogique est de plus en plus souvent mise à mal aujourd’hui.

Nous n’en sommes pas à la première révolution des médias. L’audiovisuel en son temps avait déjà modifié le rapport au spectacle vivant et à l’accès à l’information. Les formes d’apprentissage extra-scolaires entrent en frottement avec le savoir du professeur. La légitimité de ce dernier est donc à repositionner. L’auto-formation à grande échelle par le numérique est largement observé. La recherche autour de l’introduction des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) en musique interroge la formation dans les écoles de musique : quels types de musiciens doit-elle et peut-elle former ? Pour quelles pratiques ? et par quelles pratiques ? Toutes les formes d’apprentissages informelles de la musique sont autant de piste à explorer.

En 2005, Cléopâtre Montadon, docteur en anthropologie, disait : “L’intérêt de la notion d’éducation informelle est de rendre visible ce qui est invisible et de ne pas considérer uniquement ce qui est trop visible, la forme scolaire, qui “parmi les différentes formes d’éducation […] revêt aujourd’hui un caractère hégémonique : elle est devenu la Forme”. Regardons cet invisible pour envisager de nouveaux possibles et pourquoi pas, transformer la forme…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.