Pour une pédagogie sans travail confiné

Puisque ce site est celui des hypothèses, et puisque nous ne savons presque rien de certain, je voudrais en poser quelques unes à propos de l’enseignement à distance que ces temps imposent davantage qu’ils les laissent apparaître comme des initiatives éparses, presque imperceptibles, souvent passionnantes, à propos desquelles un travail d’observation, d’analyse, de recherche tranquille, devrait pouvoir avoir le temps de se réaliser. 
 
 
– Il est difficile, voire impossible, tandis que se met en place un dispositif à la fois lexical et technique de « continuité pédagogique » sous l’impulsion du Ministère de l’Éducation nationale, et que tous les acteurs, fonctionnaires ou pas, de l’enseignement public, sont fermement invités à poursuivre leur activité par d’autres moyens, sous un contrôle à la fois hiérarchique et numérique, que l’enseignant, acteur ( fonctionnaire ou pas ) dans le domaine de la musique, échappe à cette transformation brutale de son activité professionnelle. 
 
– Il est difficile, voire impossible, tandis que la « continuité pédagogique » est devenue l’objectif national numéro un de l’enseignement public, de s’interroger sur sa nécessité pédagogique. 
 
– Il est difficile, voire impossible, tandis que la discontinuité pédagogique est un état de fait, de ne pas s’interroger sur la notion même de continuité pédagogique. 
 
 – Il est impossible, en tout cas difficile, de prendre du recul sur ce qui se met en œuvre .
 
 – Il est Impossible, en tout cas difficile, de prendre du recul sur ce qu’on met en œuvre, dans le cadre de ce qui doit être mis en œuvre, tant il faut mettre en œuvre sans tarder. 
 
– Il est impossible, en tout cas difficile, de prendre la mesure de la possibilité, ou non, d’un choix pédagogique. 
 
– Or on peut se demander si une pédagogie sans possibilité de conscience des choix est une pédagogie.
 
Mais quoi qu’il en soit de cette possibilité, ou non, de choix, il est difficile, voire impossible, que l’enseignant ne doive pas réviser très rapidement sa façon d’enseigner, sa pédagogie, sa manière de faire, parce que tout est changé. 
 
Mais quoiqu’il en soit de ce changement, il est difficile, bien que pas impossible, de ne pas s’inscrire dans une certaine continuité ; 
 
– parce que les structures fondamentales de la relation pédagogique sont déjà établies
– parce que les méthodes et manières d’enseigner ne s’inventent ou ne se découvrent pas du jour au lendemain
– parce que la continuité rassure le prof, l’élève, les institutions, quant à la continuité de tout quand tout est changé. 
 
Ainsi, quoiqu’il en soit du choix ou non, dans la « continuité pédagogique », le mot « continuité » semble plutôt favorable à tout continuer comme si rien n’avait changé; 
 
En effet, l’enseignant est relié à l’extrême stabilité d’instances bien connues :  
 
– Programmes, échéances, évaluations, relations aux parents, réunions de profs, continuent de servir de référent, voire s’y référer devient un repère obligé étant donnée l’incertitude générale. 
 
– La réplique, presque à l’identique, du lieu de travail où l’on ne peut plus aller quand on ne fait pas un travail associé au secteur productif ou au secteur de soins, dans l’espace virtuel, participe de cette stabilité rassurante, peu propice aux changements fondamentaux, mais venant au contraire renforcer les fonctions de chacun, éventuellement à la caricature. Elle indique l’adéquation du travail au travail, des nouvelles raisons de travailler quand-même aux anciennes raisons de travailler sans avoir à en chercher les raisons. 
 
– La « continuité pédagogique » n’a là rien de pédagogique, disons plutôt qu’elle fait école, et que ce « faire école » assure une continuité de l’école, et en même temps laisse percevoir, quand les établissements ferment, qu’on survit sans école, alors qu’il n’est pas question de survivre sans manger, boire, dormir, rêver, et qu’on peut même vivre sans école. La preuve : les vacances, les loisirs…
 
– les vacances, les congés payés, le temps libre, les loisirs actifs (version bourgeoise) ou inactifs (version aristocratique), apparaissent alors comme une sorte de menace qui s’en prendrait à tout le système productif, lequel repose sur un comptage rigoureux des heures d’investissement dans la tâche impartie. 
 
– Tout cela n’a rien de nouveau. Il faut travailler à quelque chose. Ainsi à la « continuité pédagogique »
   
Parce que les enseignants, titulaires ou non, doivent mériter leur salaire,
Parce que les élèves, quelque soit leur situation, doivent apprendre,
Parce que les parents, quel que soit leur situation, doivent encourager leurs enfants à travailler. 
 
Dernière hypothèse, triste et gaie à la fois : La musique et son enseignement pourraient bien devenir, d’ici peu, en l’absence d’écoles, un lieu où chacun devra démontrer son application au travail, son sens de l’effort, à moins que ce soit le moment de reprendre l’initiative, de développer son imagination, de tenter quelque chose d’imprévu, tout confinés qu’on est, car pour apprendre comme pour jouer, on a besoin d’air.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.