A propos Noémi Lefebvre

Docteur en sciences politiques.

Pour une pédagogie sans travail confiné

Puisque ce site est celui des hypothèses, et puisque nous ne savons presque rien de certain, je voudrais en poser quelques unes à propos de l’enseignement à distance que ces temps imposent davantage qu’ils les laissent apparaître comme des initiatives éparses, presque imperceptibles, souvent passionnantes, à propos desquelles un travail d’observation, d’analyse, de recherche tranquille, devrait pouvoir avoir le temps de se réaliser. 
 
 
– Il est difficile, voire impossible, tandis que se met en place un dispositif à la fois lexical et technique de “continuité pédagogique” sous l’impulsion du Ministère de l’Éducation nationale, et que tous les acteurs, fonctionnaires ou pas, de l’enseignement public, sont fermement invités à poursuivre leur activité par d’autres moyens, sous un contrôle à la fois hiérarchique et numérique, que l’enseignant, acteur ( fonctionnaire ou pas ) dans le domaine de la musique, échappe à cette transformation brutale de son activité professionnelle. 
 

Continuer la lecture

tu pratiques une pratique ?

Pour que le mot – tout de même assez pratique – de “pratique” entre dans le vocabulaire courant de la musique, il a bien fallu qu’on envisage sa nécessité. Bien sûr avant il y avait des mots pour en parler presque : les œuvres, l’art, les compositions, les concerts, la musique, l’enseignement, mais rien qui désigne ce qui est de l’ordre …du jeu ? pas exactement…du travail ? encore pas…de la production sonore ? Non non…comment dire… de la pratique ? Exactement. Continuer la lecture

l’anthropologie des mobilités

Une présentation aux étudiants et à l’équipe du Cefedem-AuRA,
par Denis Cerclet, Maître de conférences, département d’anthropologie Université Lumière-Lyon 2, le 2 février 2017.

N.B. Cette retranscription est fidèle au mode d’expression libre d’une conférence non lue.
Les titres et italiques proposés ont donc été ajoutés lors de la transcription comme aides à la lecture.

L’anthopologie aujourd’hui, j’imagine que c’est un peu comme votre domaine et un peu comme tous les domaines, on a engrangé plein de connaissances, en tout cas pour l’anthropologie au cours de la deuxième moitié du XIXe s et XXe s, et puis – moi c’est quelque chose qui m’est arrivé il y a quelques années- on se rend compte que tout ce qu’on a accumulé n’est plus opératoire aujourd’hui.
On est avec plein de connaissances, plein d’automatismes méthodologiques qu’on est obligé de requestionner parce qu’on a de nouveaux outils, l’apparition du numérique qui fait qu’on ne peut plus penser de la même manière, on a accès à un autre niveau de réalité. Continuer la lecture

Instrumentiste, genre …

affiche-ensDans le cadre du colloque « Sexe et genre de la culture » organisé à l’ENS-IFÉ, Samuel Chagnard, doctorant en sociologie, musicien et formateur au Cefedem A-RA, présentera une communication qui s’intitule :

Le sexe de l’instrumentiste-instrument en orchestre symphonique :
variations des stéréotypes de genre à travers des dispositifs de présentation d’instruments sur internet.

Continuer la lecture

Pour une anthropologie des pratiques musicales

S’il est généralement admis que les pratiques musicales contribuent à la culture, cela est principalement envisagé, en France, selon deux approches :

  1. Une approche musicologique, étudiant les pratiques musicales du point de vue de l’éclairage qu’elles apportent dans l’appréhension même de la musique considérée.

Par exemple, l’équipe « Analyse des pratiques musicales » de l’IRCAM s’intéresse aux activités de composition, de recherche, d’interprétation, d’écoute, de théorie et d’analyse, en tant qu’elles constituent les modalités admises de la création musicale contemporaine qui interesse précisément cette institution. Ici, l’analyse des pratiques musicales contribue à une culture synonyme de savoir savant, à forte valeur de qualification institutionnelle, en même temps qu’à l’étude des « activités artistiques » comme objet d’étude de phénomènes de création, paradigmes supposés invariables, ou du moins non discutés. Continuer la lecture

Une Recherche-action qui inclut le terrain, tu vois le ToPos ?

Est-ce que tu as de l’expérience ? C’est quoi, ton expérience ? Quelle est ton expérience de l’expérience ? Est-ce que ton expérience est constituée d’expériences ? De toutes sortes d’expériences ? Toutes ces expériences font-elles une expérience ? Est-ce que ça te sert, toute cette expérience ? Est-ce que l’expérience t’a appris quelque chose ? Est-ce que ton expérience constitue un récit ? un savoir ? Est-ce que ton expérience est de laboratoire ? Est-ce que ton expérience fait avancer la science ? Ou sinon la science, au moins la connaissance ? Sinon la connaissance au moins des connaissances ? Des gens que tu connais ?

Continuer la lecture

Une musique de chien

Par une calme soirée, j’étais descendu jusqu’à la Seine. J’entendis des sons bizarres que le vent, par bribes, m’apportait. Ils venaient de la cabane de Flamant. Je m’approchai. Immobile, dans l’obscurité, j’écoutai. Quelqu’un jouait de l’accordéon. Mais qui? Était-ce bien d’un accordéon que venait cette musique? L’accordéon est un instrument pour polkas dans les bals, un orgue de barbarie timide; sa sonorité est mal posée, comme la voix d’un adolescent qui mue. Mais les sons que j’entendais étaient pleins comme les sons d’un orgue. S’ils devenaient plus rapides, leur sautillement était allègre et libre. C’était une musique humaine et profonde comme celle de Moussorgski. On eût dit qu’elle enlevait au paysage son caractère familier et qu’elle l’éloignait dans l’espace. Étais-je bien sur la lisière de Fontainebleau? N’étais-je pas plutôt un voyageur en exploration ayant marché des jours et des nuits dans un désert et qui, brusquement, retrouvait tous les soucis, toutes les angoisses mystérieuses et les humbles joies des autres hommes?
J’entrai dans la cabane. Flamant était assis sur un escabeau, les yeux calmes et levés au plafond, le buste remué d’un mouvement de balancier.
— Qu’est-ce que vous jouez-là?… lui demandai-je.
— Je m’amuse… répondit-il.
J’insistai :
— Mais, enfin, de qui est cette musique?
— De personne…
— Mais qui donc vous a appris?…
— Personne… je m’amuse… Et je ne pus tirer de lui d’autres mots que ceux-ci :
— Je m’amuse…
(Octave Mirbeau,Dingo,1903) Continuer la lecture

L’enseignement musical. Modèle national et mutations contemporaines.

Ce texte est issu d’une conférence aux assises régionales du collectif Canopeea au FIL à St Etienne, les 8 et 9 Octobre 2012. Il veut contribuer à une réflexion sur le contexte sémiologique, autrement dit sur les cadres de la pensée et de l’action publiques concernant l’enseignement supérieur musical en France.

Tout mouvement, tout énoncé qui pose un problème dans l’espace public, dans le champ politique, laisse inévitablement de côté d’autres problèmes, ou même se construit contre d’autres problèmes. Il n’y a pas de politique pure ! Il n’y a pas de politique sans restes. Nous devons le savoir.
Didier Eribon Continuer la lecture

Le plan de dix ans, mythe et structures

La sortie prochaine d’un numéro spécial des Cahiers de recherche du Cefedem Rhône-Alpes, entièrement consacré à la politique de l’enseignement musical de Marcel Landowski, permet de rendre publique une recherche que j’ai commencé en 2005, dans le cadre du Comité d’histoire du ministère de la culture, mais que j’avais laissée au tiroir quelque temps, occupée par d’autres formes d’écriture, politiques et musicales et plus verticales. Mais grâce à l’interêt qu’a porté le Cefedem Rhône-Alpes à cette étude, et en particulier à Eddy Schepens, depuis longtemps engagé pour le développement de la recherche sur l’enseignement musical, responsable de la publication des Cahiers de recherche, grâce au soutien sans faille du Comité d’histoire, grâce à l’accord de Guy Saez, directeur de cette recherche,  et grâce à l’équipe de vaillants relecteurs et correcteurs du Cefedem, ce “livre-numéro spécial” pourra donc être diffusé. Continuer la lecture

La meilleure façon de marcher

« Je ne fay point de doute, qu’il ne m’advienne souvent de parler de choses, qui sont mieux traictées chez les maistres du mestier, et plus veritablement », écrit Montaigne, dans ses Essais ( livre II, chapitre X, Des livres ) séparant la science dont on fait profession, qui travaille à connoitre les choses, des fantaisies de l’ esprit primsautier pour mieux affirmer, sans en faire une leçon, que l’usage des savoirs compte davantage que leur affirmation, ce qui pourrait rassurer ces éternels chercheurs peu pressés de fixer l’état de leur recherche en articles classés, mais toujours à chercher comment continuer de savoir malgré tout ce qu’ils ignorent.
Il s’agit, pour Montaigne, dans ce chapitre, de nous parler des livres, mais nous pouvons y puiser cette idée, favorable à la connaissance, que la manière compte, et que cette manière est aussi une humeur, humeur libre, non assujétie aux croyances du temps ni au temps qu’il fait. « Je ne fay rien sans gayeté : et la continuation et contention trop ferme esblouït mon jugement, l’attriste, et le lasse », dit-il tout simplement. Continuer la lecture